le donjon



 

Le Donjon (XIe - XIIIe)

 

 


Le donjon


        Haut de dix huit mètres, le donjon est daté du XII° siècle.

        Au rez-de-chaussée, se trouve une salle basse ayant pu servir de cellier et à laquelle on accédait par une trappe située dans la salle du 1er étage. Le mur ouest est assis dans l’ancien fossé de ceinture de la motte. La porte actuelle n’a du être ouverte qu’au XVI° siècle.  Au premier étage, se situe la grande salle ou salle noble. On y accédait primitivement par une porte ouverte côté nord. L’entrée actuelle était en fait une latrine dont l’évacuation des eaux sales se faisait par un fossé conduisant aux remparts côté sud et dont la sortie se trouve être au-dessus des récentes toilettes sèches installées il y a un an par l’ACROCH.    
   
Lors de l'acquisition du château, la porte nord était obturée, la fenêtre sud partiellement détruite, de l’ancienne échelle de meunier conduisant au second étage ne subsistait qu’un des montant et la barre de fer. Le sol était couvert de détritus dont la hauteur du tas que nous avions alors formé atteignait la fenêtre arbalétrière ouest !
    
   
Cette salle ne comportait pas de cheminée et ses occupants se chauffaient uniquement avec des braseros !
    
  
La corniche n’a servi qu’à construire la voûte. L’escalier actuel a été construit par un ébéniste local, par ailleurs fils d’un des membres de l’ACROCH.
 L’escalier inséré dans le mur est et donnant accès au deuxième étage est d’origine.     
  
Au second étage, ne subsiste que les murs nord et est du donjon. Au centre se trouvait la base d’un pilier qui laisse supposer que seule la partie nord-est était couverte. Michèle Bois nous a fait remarquer que les premières pierres du mur sud étaient posées en lit d’attente. 
   Lors des fouilles conduites par cette dernière, ont été trouvés divers objets : pointes de flèches et d’arbalète, une pièce de monnaie datant du XIV° siècle et qui pourrait donc confirmer le passage de Raymond de Turenne dont les troupes détruisirent partiellement le château en 1389. Raymond de Turenne en guerre contre le pape Clément VII détruisit également Savasse et Châteauneuf de Mazenc où ses troupes étaient alors cantonnées.  Le château avait déjà été détruit lors de la croisade contre les Albigeois en 1217 par les troupes de Simon de Monfort.

          Lors de l’acquisition du château des arbustes poussaient au sommet du donjon et celui-ci était couvert par des mètres cubes de matériaux (plus de 50 remorques évacuées par les bénévoles de l’association). Ces matériaux avaient été recouverts par l’ancien propriétaire, le comte Hubert de La Baume, par une chape de mortier dont on devine encore les traces.