corps de logis

Le Corps de Logis (XIIIe - XVe)

Le Corps de Logis

        De celui-ci il ne subsiste malheureusement que des ruines consolidées et en partie restaurées en 1997 (fenêtre à meneaux).    
    
Une tour du XIIIe siècle, une de plus !, s’élevait à l’extrémité ouest de l’enceinte du château, au dessus du fossé extérieur. Elle était munie de deux archères dans ses murs sud et ouest. Elle a servi d’appui à la muraille du rempart construite afin de renforcer la défense du château.
   
    
Au XVe siècle, les seigneurs rénovent les bâtiments et en construisent de nouveaux entre cette tour et le donjon. On peut penser que cette rénovation a été entreprise lors de l'acquisition du château par les de Taulignan, vers 1450, les armes de ces derniers ayant figuré sur les arcs de la galerie couverte qui à l’époque reliait le corps de logis au donjon.
  Des fenêtres à meneaux sont ouvertes dans les murs médiévaux, de grandes cheminées chauffent les salles. Une cuisine avec cheminée à deux conduits et un four à pain et sa gloriette sont installés au nord. Un escalier à vis installé au centre d’une tour ronde permettait de desservir les pièces des différents niveaux.

          L’évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, lors de sa visite pastorale de 1702, y est logé par les soins du curé : les seigneurs n’y résident donc plus de façon permanente.

 

          A la Révolution, le château est inhabité depuis longtemps, “il tombe de vétusté”. Le corps de logis aurait perdu sa toiture en 1792. Une grande partie des murs était encore debout il y a moins de 100 ans. Les ruines ont été stabilisées en 1997.